Espèces aquatiques envahissantes au Canada atlantique

De Quoi s’agit-il ?

Les espèces aquatiques envahissantes sont des espèces végétales ou animales non indigènes qui sont introduites dans une nouvelle zone marine ou d’eau et qui peuvent avoir une incidence sur les écosystèmes et l’économie du Canada. Elles peuvent avoir une incidence sur nous tous!

Ce que Vous Devez Savoir !

  • Lorsqu’une nouvelle espèce arrive, elle peut se propager rapidement.
  • Les nouvelles espèces livrent concurrence aux espèces indigènes en ce qui a trait à la nourriture et à l’habitat ou peuvent même se nourrir des espèces indigènes.
  • Elles peuvent modifier l’habitat ou introduire de nouvelles maladies.
Crabe vert européen
Crabe vert européen

Comment Sont-Elles Arrivées Jusqu’ici ?

  • En tant que passagers marins clandestins qui se fixent sur les bateaux, le matériel de pêche ou qui se trouvent dans l’eau ballast déversée par les navires.
  • Lorsque des personnes les relâchent en tant qu’appâls vivants ou s’en débarassent entant qu’animaux ou plantes d’aquarium.

Une fois que ces espèces ont été introduites, elles peuvent se propager par les activités humaines ou se répandre en tant que larves ou fragments emportés par les courants océaniques.

Espèces Marines Préoccupantes au Canada Atlantique

Les scientifiques surveillent un certain nombre d’espèces marines envahissantes au Canada atlantique (Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador). Par exemple, le crabe vert européen est présent dans la baie de Fundy depuis les années 1950. Il est désormais bien établi et supplante les espèces indigènes pour s’approprier l’habitat. Les autres espèces viennent de pénétrer dans nos eaux et leur incidence n’est pas encore bien définie.

Boudin de moules infesté
Boudin de moules infesté

Certaines espèces aquatiques envahissantes nuisent à nos industries de la pêche et de l’aquaculture. Par exemple, au cours des dix dernières années, les tuniciers (de petits animaux marins dont la peau ressemble à une tunique et qui sont communément appelés « ascidies ») se sont propagés rapidement et entraînent la perte des cultures et des profits pour les mytiliculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse. Les ascidies aiment se fixer sur les filières ou les boudins de moules qui se trouvent sous l’eau. Les boudins peuvent alors devenir lourds et difficiles à hisser pour les mytiliculteurs. De plus, les moules peuvent glisser des filières et une partie de la récolte est perdue. Bien que les moules demeurent saines et commercialisables, il faut consacrer beaucoup de temps et d’effort pour retirer les ascidies. La production de moules est donc plus coûteuse pour les mytiliculteurs.

Crabes verts dans un casier
Crabes verts dans un casier

Comment les Surveille-t-on ?

Plaques de fixation propres.
Plaques de fixation propres

Les scientifiques de Pêches et Océans Canada travaillent avec les autres pour surveiller les espèces marines envahissantes. L’invasion de ces espèces dans nos eaux peut être surveillée de plusieurs façons.

Les scientifiques effectuent régulièrement des échantillonnages de plancton, ces organismes microscopiques d’origine animale et végétale qui dérivent dans l’océan, à l’aide de filets à petites mailles. En étudiant les types de plancton, les scientifiques peuvent déterminer si de nouvelles espèces pénètrent dans nos eaux.

Plaques de fixation avec salissures
Plaques de fixation
avec salissures

Les scientifiques placent également des « plaques de fixation » où pourraient se trouver de nouvelles espèces envahissantes (comme sur les quais, les bouées et les quais flottants pour les tuniciers). Les plaques sont placées dans l’eau au printemps et sont récupérées et examinées à l’automne afin d’observer quelles espèces sont présentes. Ces renseignements sont utilisés pour déterminer si les espèces envahissantes se déplacent le long de la côte et à quelle vitesse.

Des évaluations rapides sont également effectuées dans les zones où des espèces envahissantes sont susceptibles de pénétrer. Par exemple, le Didemnum remonte la côte est américaine et a été signalé à Eastport, dans le Maine. Les chercheurs ont effectué plusieurs relevés détaillés dans les baies canadiennes (à l’aide de plongeurs, de caméras sous-marines et de filets traînants d’échantillonnage) pour observer si le Didemnum s’est installé. Didemnum a été reporté en 2013 par un plongeur au large de Parrsboro, en Nouvelle-Écosse dans le bassin Minas, et Pêches et Océans Canada est actuellement en train d'évaluer sa dispersion.

Les scientifiques doivent examiner des échantillons d’eau de ballast des navires océaniques pour déceler si de nouvelles espèces envahissantes s’y trouvent. Ces informations sont utilisées par Transports Canada et l’Organisation maritime internationale pour définir de nouvelles règles définissant à quel endroit et à quel moment déverser l’eau de ballast afin de réduire les risques d’introduction de nouvelles espèces dans nos eaux.

Le Saviez-Vous ?

Une fois qu’une espèce aquatique envahissante est établie, il est presque impossible de s’en débarrasser. La prévention est essentielle!

Ce que Vous Pouvez Faire.

RECONNAISSEZ et apprenez à identifier les espèces aquatiques envahissantes et aidez à empêcher leur propagation et leur établissement. N’extrayez jamais de plantes ou d’animaux aquatiques de leur environnement d’origine et ne les relâchez jamais dans une autre voie navigable.

RETIREZ les plantes et les animaux aquatiques de la coque et des moteurs des bateaux et jetez-les loin de l’eau, dans des contenants à déchets et à compost adéquats. Ensuite, NETTOYEZ et SÉCHEZ votre bateau et tout votre matériel.

SIGNALEZ toute observation d’espèces aquatiques envahissantes aux scientifiques de Pêches et Océans Canada au:

1-888-435-4040 ou à l’adresse XMARinvasive@mar.dfo-mpo.gc.ca