Sciences de la biodiversité

Surveiller et comprendre les changements chez les espèces qui habitent nos eaux est une part importante du travail du MPO concernant les pêches, l’aquaculture et la conservation des océans. Les sciences de la biodiversité ont pour but de surveiller et de comprendre les changements dans la diversité et la répartition des espèces. Dans les cadres de gestion écosystémique, la productivité, la biodiversité et l’habitat constituent trois éléments de recherche qui demandent l’établissement d’indicateurs et d’objectifs à partir desquels les gestionnaires peuvent être conseillés en ce qui concerne les répercussions des activités humaines. Il est également de plus en plus nécessaire de surveiller les espèces aquatiques envahissantes (qu’on ne trouve pas naturellement dans notre région) et de comprendre leur influence sur la répartition et les habitats des espèces indigènes. Les changements climatiques, pouvant possiblement causer de grands changements dans la répartition et la productivité des espèces ainsi que dans la composition en espèces, auront aussi une incidence sur l’écosystème marin. Les eaux de la baie Passamaquoddy et de ce secteur de la baie de Fundy soutiennent diverses activités commerciales, dont les interactions avec les précieuses espèces de la région doivent être surveillées pour assurer la gestion durable et la conservation de cette région naturelle du Canada qui est très appréciée.

J. Andrew Cooper dirige le programme de recherche en sciences de la biodiversité, dont les objectifs sont :

  • Élaborer des programmes et des méthodes pour surveiller les changements dans la biodiversité marine.
  • Comprendre comment identifier les changements, d’origine naturelle ou humaine, dans la distribution des espèces et la composition en espèces.
  • Établir une série d’indicateurs et de points de référence connexes pour évaluer les changements dans la biodiversité afin d’améliorer la gestion des activités humaines.

Voici les trois domaines de recherche de la SBSA dans les sciences de la biodiversité :

Taxinomie

L’identification des espèces indigènes ou exotiques doit être exacte, que les espèces soient importantes au plan commercial ou qu’elles fassent simplement partie de l’écosystème naturel des océans. Dans ce domaine, l’exactitude est essentielle pour l’échantillonnage biologique et les programmes de recherche menés par Pêches et Océans Canada. L’ampleur de ce type de surveillance nécessite des moyens modernes et efficaces pour l’identification des espèces. Le programme de taxinomie marine, mené en collaboration avec le Centre Référence Atlantique, vise à fournir de l’expertise, de la formation et du matériel pour veiller à ce que l’information taxinomique acquise par diverses sources (scientifiques ou commerciales) demeure pertinente au fil des années. Les produits des travaux taxinomiques incluent des clés d’identification améliorées, des descriptions et des révisions taxinomiques, et l’identification de nouvelles espèces et de leur répartition.

Surveillance de la biodiversité

La détection des changements dans la répartition et la diversité de la vie marine dans une grande variété d’habitats et de lieux est une vaste entreprise. Les approches de surveillance du MPO sont élaborées à partir d’un réseau de relevés, de données sur les pêches et d’échantillons provenant de l’environnement. Il s’agit d’outils précieux permettant d’établir un programme complet de surveillance de la biodiversité. De plus, des initiatives du milieu académique, telles que le « corridor de découverte » de la biodiversité du golfe du Maine, offrent de nouvelles sources d’information nous permettant d’améliorer notre surveillance de la biodiversité. Les recherches actuelles dans ce domaine évaluent la couverture des réseaux existants, en ce qui a trait à la répartition, au temps et à la diversité des espèces. On étudie actuellement de nouvelles méthodes et technologies pour améliorer le réseau afin de répondre au besoin croissant de renseignements et de conseils au sujet de la biodiversité.

Biogéographie marine

Comprendre les changements historiques dans les répartitions des espèces, que ce soit sur des millénaires ou des décennies, est important pour déceler les changements causés par les activités humaines. Les recherches en biogéographie marine utilisent les outils de base de la biologie de l’évolution : registres de répartition, hypothèses quant aux interrelations entre les espèces, registres fossiles, changements géologiques.  Ces outils aident à comprendre les processus passés et les éventualités futures, par exemple des changements dans la répartition des espèces, des changements de régime de même que l’extinction d’espèces. Dans ce contexte, M. Cooper a élucidé les relations entre les espèces de poissons plats. Il utilise maintenant ces relations pour étudier l’historique de la dispersion marine et les liens avec les changements climatiques mondiaux.